FLEURS

2009-2005


Ah le mystère des fleurs ! De la fleur !
Certes il y a le langage des fleurs,
Le timide bleuet, le parfait camélia,
Le jasmin pour un rendez-vous, l' Hibiscus pour le voyage.
Certes, mais cette fleur-là, cette fleur-ci ?
Qui est-elle, que veut-elle, que représente-t-elle  ?
Sortie de ces brumes bleutées,
Elle suggère la féminité,
Certes, mais quoi dans la féminité  ?
Dans son épanouissement lascif,
Elle évoque le plaisir,
Certes, mais quel plaisir  ?
Ah, décidément, le langage des fleurs est bien compliqué  !
Que peut bien vouloir nous montrer cette fleur
Qui figure le plaisir féminin  ?
On a beau fouiller dans ses souvenirs, 
On se perd en conjectures.
Non, on ne trouvera pas.
L’homme qui scrutait cette fleur
En quête de son sens baisse les yeux,
Plus bas, il n’y voit que du bleu,
Il est passé à côté du sujet.
C’est souvent comme ça                                                  
Quand les hommes pensent à la féminité…

Frédéric FOSSAERT, Ecrivain, Conférencier - Vichy, 2018.

Les Fleurs de Danielle Waechter ne sont pas les Fleurs du Mal, mais des fleurs offertes au regard pour dévoiler les facettes de la féminité.

Autant le dire, les fleurs de cette artiste sensible et raffinée sont ambigües, paradoxales et obsessionnelles.

Huiles sur toiles travaillées parfois pendant des mois et des mois, elle symbolisent la complexité de la nature humaine, et celle de la nature tout court.

Et puis, insidieusement, en contemplant ces tableaux, on oublie la fleur, on oublie le sujet qui s'efface. Reste une œuvre, en fin de compte énigmatique et terriblement séduisante, de part la sensualité diffuse et inquiétante qui s'en dégage, et qui peut donner le vertige.

Dans les plis de la fleur, au-delà des pétales, l'œil s'insinue. Le spectateur circule dans un véritable labyrinthe de couleurs, de formes et de lignes qui esquissent une topographie pour les sens, déroutante et captivante. 

Brigitte CAMUS,  Paris, 2010.

UNE TOPOGRAPHIE POUR LES SENS

((((c